top of page

La consommation des pesticides : Coton VS Chanvre

Durant la Grèce Antique, le soufre et l'arsenic étaient fréquemment utilisés afin d'empêcher les nuisibles de détruire leur agriculture. Durant le XXème siècle, de nombreuses recherches scientifiques se sont inspirées de ces techniques et ont développé des produits chimiques afin de maximiser les récoltes.


À quoi servent-ils ?


Les pesticides servent principalement à protéger les cultures des nuisibles, des bactéries, des champignons et des épidémies. Trois types de pesticides sont fréquemment utilisés : les insecticides, herbicides et fongicides. Grâce à ces découvertes, les cultures sont devenues de plus en plus rentables et une production de masse s'est mise en place. Malheureusement, l'utilisation de ces produits a des effets secondaires catastrophiques. Ils représentent un très grand danger pour l'environnement, mais aussi pour notre santé.


Le coton et les pesticides

Petit rappel


Le cotonnier est une plante difficile à apprivoiser. Il est fragile et demande énormément d'eau. Il craint aussi les nuisibles, le vent et les gros changements de température. Plus précisément, le coton redoute les chenilles, les vers et certaines espèces de coléoptères. Il craint aussi les maladies et les épidémies comme la bactériose, mais les principaux dangers pour le cotonnier sont les nuisibles.

L’"or blanc" est la fibre naturelle la plus utilisée dans l’industrie du textile (40 % des tissus sont produits en coton). Cette industrie fait vivre des millions de personnes à travers le globe et est produite en masse. Afin de préserver les rendements dûs à l’industrie du textile, la plus grande majorité des cultures de coton sont faites par l'ajout de pesticides : en 2021, le coton bio représentait 1 % de la production mondiale (Mode in textile). C’est très peu.


Les effets néfastes des pesticides


D’un point de vue santé


Selon l’OMS, une étude a démontré que les pesticides causent environ 250 000 morts par an (2015). Ces produits chimiques influent aussi sur le développement des maladies : ils sont cancérigènes, mutagènes, et reprotoxiques (fertilité).

Les premiers individus qui sont exposés à ces risques sont les agriculteurs. Le coton est principalement produit dans les pays en développement ou moins développés et les agriculteurs ne sont pas assez correctement protégés contre les substances qu’ils manipulent. Plusieurs pesticides interdits en Europe pour leurs effets toxiques et dangereux sont encore sur le marché (par exemple, le DDT). Ces personnes encourent un danger au quotidien.


D’un point de vue environnemental


Les pesticides ne sont pas qu’une menace pour notre santé, ils le sont aussi pour notre environnement. Selon IAEA, 30 % des émissions de gaz à effet de serre proviennent de l’agriculture. Ses principales causes sont les engrais chimiques, les pesticides, et les déchets d’origine animale.

Les pesticides polluent l’air, les terres, les cours d’eau voisins ainsi que l'assainissement avec ses micro-particules. Toute la biodiversité est menacée. Ces produits sont la principale cause de la disparition des insectes pollinisateurs, qui sont pourtant les gardiens de la biodiversité et de notre écosystème. Selon les Nations Unies, le taux d’extinction des abeilles est de 100 à 1000 fois supérieur à la normale. Pourtant, 84 % des récoltes mondiales pour la consommation humaine dépendent des abeilles.

Les pesticides sont une réelle menace pour notre environnement, mais d’autres alternatives sont possible dans l'industrie textile.


Quelles alternatives dans l'industrie textile ?

Le chanvre



Le chanvre est une parfaite solution à l’industrie du coton “classique”. Le chanvre est une plante très résistante qui ne demande pas d’irrigation artificielle. Elle n’a ni besoin d’insecticide, de fongicide, ni d’herbicide. Donc, 0 pesticides ! C’est aussi une plante qui désherbe les champs et regorge d’avantages écologiques : les agriculteurs cultivent aussi le chanvre afin de purifier les sols après les récoltes. Le chanvre fixe le CO2 dans le sol : pour 1 hectare de culture de chanvre, 15 tonnes de CO2 vont être absorbées par la plante afin de les répartir dans la terre (Nunti-sunya).



Le coton bio


Le coton biologique est aussi une bonne alternative. Le label GOTS* est souvent utilisé pour différencier un habit réellement bio ou non. Le label GOTS est une certification internationale garantissant un mode de production écologique et socialement responsable. Plusieurs critères sont exigés afin que le textile soit considéré comme bio :


  • Les exigences environnementales :

Entre 75 % et 95 % des fibres textiles biologiques certifiées doivent être présentes dans le produit. Certains composants sont interdits : les métaux lourds, les perturbateurs endocriniens ou encore les OGM. Les solvants aromatiques, les agents blanchissants au chlore ou les phtalates sont aussi exclus. Une liste longue de produits chimiques sont interdits afin de protéger la biodiversité.


Les producteurs doivent aussi minimiser leurs déchets et doivent utiliser des emballages recyclés et/ou recyclables.

  • Les exigences sanitaires :

Les composants chimiques et toxiques pour la santé sont interdits (colorants, PVC, phtalates…) et une qualité technique du produit fini doit être respectée.

Sources : WeDressFair, et Label info

Ce label ne couvre pas seulement les aspects écologiques et qualitatifs du textile, mais aussi l’aspect sociétal de l’industrie. La suite dans un prochain article...


Tous nos produits utilisant du coton sont certifiés avec le label GOTS. Nous proposons aussi des vêtements 100 % chanvre. N’hésitez pas à faire un tour sur notre boutique en ligne !



15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page