atelier canut.jpg

ORIGINE DES CANUTS

L'activité de tissage de la soie à Lyon remonte au 16ème siècle. Sur décision royale de François I, des ateliers s'installent dès 1536 et l'activité prospère rapidement. 

Les canuts sont les ouvriers tisserands qui conduisaient les opérations de tissage de la soie, principalement installées sur les pentes de la Croix Rousse. 

D'autres populations d'ouvriers étaient présents dans les ateliers, dont un nombre important d'enfants, mais les canuts étaient les mieux considérés de la "fabrique". Ils pouvaient être propriétaires du métier à tisser bien que cela ne soit pas systématique. En revanche, ils travaillaient tous à façon pour des 'marchands-fabriquants' en soie qui monopolisaient l'activité de vente. 

Le tissage de la soie faisait de Lyon une des villes les plus industrielles de France, et a pu représenter à certaines époques la plus grande activité d'exportation du pays. Le savoir faire lyonnais était connu mondialement pour la réalisation d'étoffes complexes. 

LA CROIX ROUSSE

Très vite, les fabriques se sont installées sur les pentes de la Croix Rousse et sur les bords de Saône. 

Mais c'est surtout au début du 19ème siècle que la grande restructuration du quartier s'opère. En conséquence, les immeubles sont pensés pour les besoins de cette activité : plafonds des premiers étages très haut, larges ouvertures pour la lumière, etc. 

La densité des fabriques y crée une vie ouvrière riche et active. 

Le choix de la Croix Rousse peut s'expliquer par la disponibilité des terrains, la proximité avec le quartier des Terreaux où travaillaient les fabricants-marchands, les faibles taxes en vigueur et éventuellement la pureté de l'air qui y régnait. 

fresque canuts.jpeg
révolte des canuts.jpg

RÉVOLTES DES CANUTS

Le lien social qui unissait les canuts et la main mise des marchands sur les couts de production des fabriques ont entrainé les premières révoltes ouvrières de l'histoire pré industrielle. 
En 1831, 1834 puis 1848, des révoltes majeures éclatent. Les canuts se battent pour l'amélioration de leur niveau de vie et leurs conditions de travail. Ils affrontent la l'armée impériale. 
Cette initiative du peuple contre les puissants marquera le monde et inspirera beaucoup d'idéologie sociale.

DÉCLAIN

Malgré les luttes sociales, témoins de l'attachement des canuts pour leur métier et leur ville, la soierie lyonnaise déclinera progressivement, à partir du début du 20ème siècle. 

Les tissus synthétiques, l'industrialisation, la décroissance des richesses de l'église feront diminuer les commandes jusqu'à la quasi extinction de l'activité. 

Cependant, aujourd'hui encore, et bien que le tissage ne se résume plus qu'à quelques ateliers isolés (Prelle, Tassinari), la Croix Rousse garde les marques de son passé, et les immeubles toujours debout témoignent de la vie textile qui y régnait à l'époque. 

pentes de la croix rousse.jpeg